Comment assurer son emprunt avec un risque aggravé de santé ?

Les personnes qui présentent des risques aggravés de santé ne peuvent pas se contenter de l’assurance de groupe mais doivent opter pour une délégation d’assurance.

Les couvertures proposées par les compagnies d’assurance ont été préétablies selon un standard de profil client bien défini. Et même si ces professionnels disposent d’une variété d’offres, chacune d’entre elles devrait correspondre à un cas classique que l’on rencontre tous les jours.

Toutefois, certains souscripteurs peuvent se présenter avec un dossier qui n’entre pas forcément dans le cadre de ce standard, car leur état de santé présente des risques imminents pour leur contrat d’ assurance emprunteur. Dans ce cas, les établissements assureurs sont dans l’obligation de revoir leur condition de validation afin que les personnes de ce genre puissent, ou pas, jouir de la couverture adéquate pour leur emprunt.

L’état de santé, un obstacle aux prêts

De plus en plus de personnes atteintes de maladies graves déposent des demandes de financement immobilier auprès des organismes de crédit, mais ces derniers demeurent assez sceptiques quant à l’octroi d’un prêt pour des clients qui présentent des risques d’incidents de paiement à cause de leur état de santé.

Du côté de l’assurance prêt, la définition du « risque aggravé » se résume en cinq cas bien précis :

  • Le risque aggravé de santé en assurance de prêt : lorsque la personne est atteinte ou a été atteinte d’une maladie grave ou chronique telle que le cancer ou le diabète.
  • Le risque aggravé senior pour la garantie emprunteur : lorsque l’âge de l’emprunteur excède la limite autorisée par les contrats groupe par rapport au délai de remboursement du crédit.
  • Le risque aggravé professionnel en assurance de crédit immobilier : quand la personne qui dépose une demande de prêt exerce un métier dangereux susceptible de provoquer une interruption spontanée du remboursement (cascadeur, pilote de chasse, pompier, etc.)
  • Le risque aggravé sportif ou de loisir en assurance emprunteur : lorsque l’activité sportive pratiquée par l’emprunteur présente des risques (escalade, parapente, plongée sous-marine)
  • Le risque aggravé fumeur pour les personnes souhaitant assurer un prêt : les personnes qui fument sont toujours placées dans la catégorie « à risque » par les assureurs car la consommation de tabac est une cause de forte mortalité.

Doit-on payer plus cher ?

Souvent, les personnes qui empruntent avec un risque aggravé de santé peuvent être victimes d’une exclusion de la part des compagnies d’assurance. À défaut, elles doivent payer des cotisations d’assurance plus élevées que la moyenne. La convention AERAS a été adoptée avec une limitation de la surprime qui doit s’appliquer sur cette catégorie d’emprunteurs.

Aussi, en faisant appel à des courtiers spécialisés dans le domaine, et qui ont déjà acquis une bonne maîtrise de ladite convention, les emprunteurs concernés pourront bénéficier de l’écrêtement des surprimes qu’elles doivent normalement payer.

En outre, les personnes qui se sont remises d’une maladie grave, tel le cancer, bénéficient de ce que l’on appelle « le droit à l’oubli ».